Ziereisen, Pinot Blanc 2016

Voici une note que j’ai tardé à publier, toujours chargé par l’émotion de la disparition de Johnny. Ce poster offert en page centrale par Télé 7 jours pour consoler les coeurs occupe une place de choix sur un mur de water.

Capture d’écran 2018-02-20 à 15.49.09.png

Hans Peter Ziereisen est un grand fondu, un original, un côté sorcier mystérieux à la Emmanuel Reynaud. Même lumière dans l’oeil aussi. Il cultive des cépages rouges qui marchent bien dans ce coin d’Allemagne niché entre la France et la Suisse, comme le pinot noir et la syrah. Le style du domaine est axé sur une belle acidité et une belle fraîcheur, avec une maturité qu’on ne souhaite pas très poussée, voire poussée tout court. Des vins nerveux, droits et francs, mais avec de très jolies personnalités, de la profondeur et sur les meilleures cuvées, la race des grands vins.

Niveau blanc, Ziereisen produit un chasselas blanc qu’il vend 130€! Un ami sommelier de Paris m’avait averti: « c’est un Montrachet ce truc-là! ». Dégustant le vin, je saisissais ce qu’il voulait dire: un vin impressionnant de structure ET d’opulence.

Mais ce jour-là, c’est sur le pinot blanc de base du domaine que je me suis penché:

J’aime beaucoup le pinot blanc pour son élégance, son onctuosité qui ne verse jamais dans le pataud, son mariage heureux avec de légers arômes toastés et les beaux moments qu’il sait proposer à table.

A l’image du sémillon par exemple, ce n’est pas un cépage très aromatique, avec un nez qui vous explose à la figure. Les arômes sont discrets, mais nobles (lait d’amande, fleurs blanches) et en fonction de la maturité les arômes fruités oscillent entre le citron et les fruits blancs et jaunes murs tels le brugnon, la mirabelle ou la pêche jaune.

Cette entrée de gamme est construite sur un profil acide et tonique, fermentation spontanée et 11 mois d’élevages en vieux foudres.

La robe est jaune grise et limpide. Après aération, le nez s’ouvre sur de jolies nuances de citron jaune et vert. Un peu de fumé et d’amande apparaissent à l’agitation.

La bouche attaque sur une matière assez ample, proposant un joli gras. Une acidité saillante et acérée vient trancher cette matière et donne du rythme à l’ensemble. Les arômes sont d’une grande précision et pureté, sur ces nuances citronnées et d’amandes.

La finale, citronnée et saline, appelle à se resservir.

Un vin pour amateur de jus tranchants, mais qui devrait trouver un très joli point de rencontre avec un met un peu gras comme du saumon ou une viande blanche en crème.

 

Publicités

Blees Farber, Goldtröpfchen Spätlese *** 2016

Capture d’écran 2017-12-20 à 12.09.08.png

Découverte récente de ce domaine située au coeur des grands terroirs de la Moselle central (JJ Prüm, Dr Loosen, Fritz Haag, Dr Thanisch, St Urbans Hof, c’est dans ce coin) à Leiwen. Le domaine possède des vignes sur des terroirs parmi les plus fameux de la région, comme ce Goldtröpfchen – Les Gouttelettes d’Or – à Piespoort.

La philosophie du domaine est de produire des vins à faible niveaux d’alcool, et tant pis s’il y a un peu plus de sucre. Ce spätlese titre 7,5% et propose un équilibre moelleux. Mais quelle gracilité…

Une petite réduction soufrée se présente à l’ouverture, mais une fois aérée, le nez est superbe, sur des notes exotiques de mangue et de goyave, des notes minérales d’ardoises et un citron vert mûr pour du donner du tonus.
La bouche est d’une structure impeccable, déroulant sa partition avec beaucoup de présence, de gracilité et de légèreté.

Un kick d’acidité aurait permis au milieu de bouche de propulser ce vin plus haut, mais à ce niveau de prix, ce vin dispose d’une structure, d’une élégance naturelle, d’une noblesse et d’une gourmandise qui obligent Elysée Wines à vous le proposer dès aujourd’hui!

Weingut Schnaitmann, Lemberger Simonroth 2015

20171127_224308.jpg

Nez fruité et frais, sur des notes de fraises des bois et de fruits des bois. Note fumée qui amène de la complexité.

Bouche ronde, veloutée, de demi-corps. Les tanins sont polis et glissants. C’est un vin accessible, séduisant et la générosité de 2015 ne fait que renforcer ce caractère. On pourrait presque lui reprocher ce côté si facile, si évident.
Les arômes fruités sont sur les fruits noirs et fruits des bois, avec des notes fumées et épicées apportée par l’élevage. Le vin présente un léger trait végétal, soulignant une grande maîtrise de la vendange entière, lui amènant un peu plus de complexité, de fond et étire la finale sur de fins amers.

Le lemberger est un cépage capricieux qui ne supporte pas la médiocrité: il est bon ou mauvais, pas de moyen. Ce vin est un exemple très intéressant de lemberger tout en fruité et délicatesse.

 

 

Weingut Burg Ravensburg, Riesling Husarenkappe GG 2015

Le Chapeau du Hussard

20171017_120917.jpg

La légende raconte que le domaine appartenait un temps à un cavalier Hussard. Son chef, le Marquis de Bade, le récompensa de ses exploits lors de combats de très bonnes semences de riesling. Le cavalier mis les graines dans son chapeau et cavala jusqu’au domaine pour les planter.

Le nez se présente sur des agrumes (orange, citron jaune). Il y a également quelques notes herbacées qui donnent du tonus au vin.
Le vin présente un beau volume en bouche, confortable, et mobilisée par une acidité mûre mais encore un peu saillante à ce stade.
La finale se développe sur des notes salines et fruitées, tantôt acide avec le citron ou amer avec la peau d’orange.

La longueur est importante, un tantinet mordante à ce stade d’évolution, ce qui est plutôt bon signe pour une garde prolongée.

Très belle réussite.

Weingut Horst Sauer, Riesling Am Lump 1655 GG 2016

Am Lump… »Au Brigand »

20171017_123047.jpg

 

Nez expressif et franc, sur des notes de fleur blanches, des notes exotiques sur la goyave, la papaye, et des notes citronnées tranchantes qui apportent du tonus à l’ensemble.
L’ensemble est séduisant et semble déjà en place.

La bouche est superbe et semble déjà en place: un très beau volume en attaque, dans un style opulent, une acidité qui semble idéalement mûre et vient prendre le relais, des notes pierreuses et crayeuses se mêlent aux fruits. Ce vin se présente déjà de manière remarquable. Ses composantes et sa richesse demandent à s’harmoniser avec le temps, mais le tout présente déjà une complexité remarquable, changeante sans cesse à l’aération, un vin qui a de multiples facettes.

La finale est longue, crayeuse et citronnée.

Ce vin est une immense réussite et la Franconie semble avoir produit des rieslings tout à fait grandiose en 2016. Un coup de coeur personnel.

Weingut Seehof, Riesling Steingrube 2016

20171017_115748.jpg

 

Nez qui s’exprime sur des notes minérales, une légère réduction sur le silex fumé, des notes de citron vert. A l’agitation, des notes de fruits jaunes se mêlent à cet ensemble jeune, primaire mais séduisant.

La bouche attaque avec une belle ampleur et du volume, digne de bien des GG. L’expression aromatique est pour le moment simple, s’exprimant principalement sur des citrons jaunes et verts mûres, une légère note fumée agréable et une finale crayeuse d’une grande puissance.

Ce jus est très pur et franc, transparent et clair dans ses intentions. C’est un vin droit, raffiné, pur et sans artifices, qui ne demande qu’un peu de garde pour trouver un petit peu plus de complexité.

Weingut Bernhard Huber, Pinot Noir Alte Reben 2012

20170906_201216

 

Nez caractéristique de ce producteur, avec ces notes conjuguées particulières de café, clou de girofle et de cannelle, soutenant un très joli fruit noir qui s’exprime principalement sur la mûre et les fruits des bois. Le jus est fin, vibrant, avec une belle acidité pour rendre l’ensemble terriblement digeste et gourmand.
La longueur est celle d’un pinot de très belle origine, une persistance digne de beaux premiers crus de Bourgogne. La finesse de la matière montre une grande maîtrise de l’extraction et de l’élevage, car si le jus est fin, le vin est assez structuré et n’a pas encore atteint son plateau de maturité. La longueur est sur le fruit, avec un léger trait bien intégré de vendanges entières.

Très beau vin

Von Winning – Riesling Ungeheuer GG 2016

20170913_185221.jpg

La robe est jaune paille clair.

Le nez est expressif et évoque d’emblée la fleur d’oranger et les agrumes. On note également un très léger toasté qui montre une grande précision et justesse dans l’élevage. A l’aération, des notes de citron viennent apporter de la fraîcheur à cet ensemble baroque et séduisant.

L’argile du terroir couplée à l’élevage en fut (non neuf) permettent au riesling, habituellement si fin, de présenter une matière un peu plus large et grasse. Elle est toutefois très équilibrée par l’acidité qui vient la trancher et éviter toute lourdeur, bien au contraire. Les arômes d’agrumes sont francs, sur la peau d’orange et la bergamote. Des nuances florales et toastées apportent de la complexité à ce vin riche mais extrêmement gourmand et équilibré.

La finale est bien mobilisée par l’acidité, salivante et s’étire par de jolis amers qui évoquent de nouveau la peau d’orange. La longueur est très bonne sur ces goûts orangés.

Un très joli vin, dans un style moins épuré qu’un Dönnhoff par exemple, mais avec une gourmandise immédiate qu’il serait mal opportun de renier!

Dönnhoff Felsenberg GG 2016

20170913_115010

La couleur est jaune pâle avec des teintures grises sur les bords.

Nez expressif, fin et élégant, sur des notes très pures de citron jaune, roches chaudes, une petite note exotique avec de l’ananas séchée. A l’agitation, le nez se fait plus expressif et plus exotique, sur des notes de papaye. Le nez envoie cependant le message d’un vin très sec.

La bouche présente un joli volume d’attaque avec un jus tout à fait gracile et fin. Une acidité belle et mûre porte le vin jusqu’à la finale, assurant un équilibre impécablement réussit. Si le terme minéralité est souvent employé à tors et à travers, le domaine Dönnhoff me donne toujours l’impression de marcher l’été en montagne sur des chemins de pierres, sous un soleil de plomb après une bonne drache. S’élève alors des cailloux une odeur forte, et ce vin possède cet arôme.

Le vin est d’une impeccable gourmandise dors et déjà, et depuis que je goûte au domaine, je n’ai jamais gouté ce Felsenberg à ce niveau en prime jeunesse. Il a la densité et l’intensité des grands Grosses Gewächs. La longueur est très satisfaisante, mais on aurait pu la souhaiter un peu plus intense. Pour un bébé en culotte courte, c’est déjà un régal, mais on peut anticiper une très longue garde.

Grande réussite!